Grégory POL - Essais de l'objectif CANON RF 800mm f11 IS STM

J'ai repris les balades près de chez moi pour essayer l'objectif Canon RF 800mm f11 IS STM.

(Merci à ma fille Lucie pour ce portrait de moi en train de photographier le lézard ocellé)



Evidemment une ouverture à f11 ne laisse pas entrer beaucoup de lumière...

Evidemment une ouverture à f11 laisse moins de possibilités d'obtenir de beaux "bokehs" (flous de profondeur de champ).

Evidemment un 800mm est une focale où le risque de flou de bougé est important surtout à main levée.

Evidemment on sait aussi que la qualité optique ne sera pas la même qu'un 800mm Canon f5,6 à 13 500€ ou à 20 000€ chez Nikon...


Par contre il est certain qu'un 800mm de marque à ce prix (14 à 20 fois moins cher que les autres), ça intrigue...

C'est pourquoi j'ai souhaité l'essayer. (Merci le Canon Professionel Service de CANON France pour le prêt de cet objectif.)


1- Mes interrogations d'avant test :


Si les conditions de lumières sont réunies, est-ce que le piqué de l'objectif est correct ?

Est-ce qu'il est possible malgré cette ouverture à f11 d'obtenir un bokeh sympa dans certaines conditions ?

Etc...



2- But de ce test :


Je ne suis pas un fondu de technologie et d'autres ont déjà très bien parlé du côté technique de cet objectif.

Mon but va être de tenter d'exploiter ses qualités en tentant de "contourner" le plus possible ses défauts.

Pour ces essais, j'ai associé ce 800mm à mon boitier hybride Canon EOS R (dernier firmware mis à jour).


3- Voici mes 1ers ressentis après quelques essais :


Et bien déjà son atout est le poids !

Mon EOS R (+batterie et sangle) avec ce 800mm pèsent en gros 2 kg (2100g). Un 800mm Canon f5,6 + un boitier Canon eos 5DMIII (avec batterie et sangle) pèsent à peu près 5,7kg (soit beaucoup plus du double).

L'utiliser à main levée est facile d'autant que son petit mode de stabilisation simple est perceptible et permet de baisser la vitesse d'obturation pour laisser entrer plus de lumière.

(A main levée je suis en général à une vitesse de 1/650s pour une optique de 800mm)


Maintenant, nous sommes d'accord que le poids ne fait pas tout...

On peut avoir un objectif très léger qui sera sans intérêt si sa qualité optique est mauvaise.

De nuit et à main levée, les résultats sont encourageants...


4- « Piqué » :


J'en viens donc à la netteté (piqué) de cet l'objectif associé à mon Canon EOS R (30,3 millions de pixels) :

- Pour des sujets assez proches et dans de bonnes conditions de lumières, j'ai été agréablement surpris par le piqué de cet objectif.

- Pour des sujets très éloignés, je pense qu'il atteint ses limites...

Sans cropper (recadrer) dans la photo, l'image reste correcte. J'ai aussi essayé de recadrer la photographie d'un chevreuil effectuée à 100m et forcément l'image est moins nette.

Mais c'est aussi une photographie que je n'aurais sans doute pas faite si je n'avais pas cet objectif entre les mains.

Donc dans ce cas précis, le 800mm permet de faire un cliché que je n'aurais pas effectué au 400mm.


Mon petit copain du jardin...


5- « Bokeh » :


Un objectif avec une telle focale et une si petite ouverture (800mm - F11) va forcément écraser les perspectives et il sera moins évident de "détacher" le sujet du reste de l'image. Tous les plans vont se rapprocher. Si vous effectuez la photographie d'un rouge gorge à 10m dans un chêne bien fourni, il risque d'être « noyé » dans le feuillage. A ce moment là il sera très difficile - voire impossible - d'obtenir ce fameux flou devant et derrière le sujet que les photographes animaliers adorent...

J'ai la chance d'avoir beaucoup de chevreuils à côté de chez moi (parfois DANS le jardin ;) )

Quand la végétation est dense, le sujet peut être "noyé" dans la composition, il ne faut pas l'oublier...


Par contre, dans des zones plus étendues, on peut obtenir un petit bokeh relativement sympa.

(voir grues cendrées dans les vastes champs de maïs coupés).

D'autres part avec cette perspective « écrasée », les photographies de paysages peuvent sortir de l'ordinaire. En effet au 800mm vous pouvez donner l'impression que 3 montagnes sont extrémement proches alors qu'elles sont en réalité très eloignées...


Voici un exemple concret d'une perspective "écrasée" : On a l'impression que ces grues n'ont quasiment pas de coup alors qu'au contraire il est très long...

Peu importe le modèle de 800mm que vous utiliserez, il écrasera les perspectives.


Si les espaces sont dégagés il est possible d'obtenir du bokeh - D'après mes essais c'est le flou de premier plan qui semble le plus sympa... (Grues cendrées en Nlle Aquitaine à 5km de chez moi)



J'avais dans l'idée de faire des photos de surf mais pas de surfeurs ce jour-là... Un 800mm pour des photographies de sport ça peut être intéressant non ?


6- Pour la vidéo :


On film de plus en plus avec nos appareils photos (petits rushs de quelques secondes parfois), c'est pourquoi j'ai testé la vidéo avec cet objectif.

Je ne suis pas « film-maker » ou vidéaste, je vais donc vous donner mon ressenti d'amateur.

Associé aux boitiers Eos R (avec les modes de suivis du sujet ou de l'oeil), un 800mm de ce rapport qualité/prix permet de faire de belles choses que je n'aurais sans doute pas faites avec un 300mm ou un 400mm.

(Voir vidéo grues).

7- Mes conclusions après ces essais :


- Pour faire de la photographie purement naturaliste en pleine lumière et pour un usage amateur ou de loisir, ce 800mm fait largement son office.


Les grues cendrées sont sur la photo, c'est parfois juste ce que l'on souhaite (sans autres prétentions "artistiques").




Par belle lumière avec ce 800mm, il est possible de faire de la photographie naturaliste satisfaisante.

Un grèbe huppé peu farouche...



Nos gentilles petite tortues locales (Cistude d'Europe)



Grand cormoran avec son plumage nuptiale



L' Elanion blanc sur son fil (c'est moche un fil électrique n'est-ce pas ?)



- Pour faire de la photographie plus "artistique", il y a quelques possibilités si on prend bien en compte les limites de l'objectif.

D'ailleurs ne dit-on pas souvent dans le milieu de la photographie que « ce n'est pas le matériel qui fait la photo ou le photographe » ?

Alors à vous de jouer ;)


Les grues cendrées (oui encore elles... mais avec le confinement, le couvre-feu, le covid...etc, je suis resté à côté de chez moi)



Ne pas oublier non-plus que photographier des oiseaux au vol, au 800mm et par basse lumière n'est pas toujours facile !



Le grèbe huppé.



- Pour des petites séquences vidéos, je trouve cet objectif intéressant.

(Voir mes vidéos de grues sur Youtube)


Est-ce que j'achèterai cet objectif à 1000€ malgré son ouverture à f11 ?


Il ne remplacera pas mon 400mm.

MAIS

vu son poids, son prix, son très faible encombrement pour un 800mm, sa grande focale et sa qualité optique par belle lumière,

je vais le prendre comme objectif d'appoint que je pourrai utiliser dans certaines conditions.


Je vous confime donc que cet objectif, rapport qualité/prix m'a agréablement surpris...

(Les avis portés sur cet objectif sont les miens, vous pouvez donc ne pas avoir obligatoirement les mêmes)


Grégory POL



À l'affiche
Posts récents